Nous sommes deux sœurs jumelles. Nous avons reçu les plus grands soins, le plus grand amour et la plus grande attention de ceux qui nous ont conçus. Rien n’a été négligé pour nous rendre ultra-performantes. Nous sommes des bijoux électroniques, un concentré technologique. Le nec plus ultra de la recherche, micro-processeur, hybride, ampli, HP, Micro, miniaturisés, anti larsen, anti acouphène…. Rien n’a été laissé au hasard, nous sommes des bêtes de course.

Si tôt assemblées, nous voici mises à l’épreuve des contrôles qualité les plus drastiques. Tests réussis. Nous voilà donc prêtes pour le service, prêtes à accomplir notre destin d’aide auditive : aider un être humain à retrouver son audition et à renouer le contact avec autrui. Pas mal, non ?

Très vite nous sommes expédiés dans le Nord de la France pour la mission de notre vie. Et tout se passe pour le mieux. Nous sommes dans les mains expertes d’un audioprothésiste qui connaît visiblement parfaitement son métier. Il nous destine à Jeanne M, 74 ans qui présente un profil de pertes auditives assez proches pour ses 2 oreilles et tout se passe à merveille. Notre audioprothésiste nous règle pile poil pour compenser chacune 60% de la perte auditive de madame Jeanne. Son visage d’abord surpris s’éclaire quand elle commence à réaliser qu’elle retrouve son audition perdue. Deuxième séance : 70%, troisième : 75%, la monté en puissance continue ! Quatrième séance : 85%. C’est promis, à la cinquième séance, notre maître audioprothésiste nous réglera de telle sorte que nous compenserons la totalité des pertes auditives de Jeanne. Et ça marche ! Depuis, Jeanne et nous ne nous quittons plus. Une vraie histoire d’amour. Une fois même sous la douche, heureusement nous sommes étanches. 2 années de bonheur ponctuées de visites régulières chez notre audioprothésiste qui peaufine les réglages, optimise ceci cela. Et nous comme des Formules 1, on répond à chaque fois présent et notre maîtresse est aux anges.

Et puis catastrophe, Jeanne a déménagé. Quelle idée ! Jeanne est retournée dans son beau village d’origine dans le sud de la France et là plus personne pour s’occuper de nous. D’abord, on a commencé par devenir – j’ai honte de l’avouer – un peu sales. Forcément plus personne pour nous nettoyer et notre maîtresse Jeanne qui n’ose pas nous toucher de peur de nous dérégler. Au bout de 6 mois, on sent bien que quelque chose ne va plus. Jeanne est plus fébrile, moins rayonnante, elle nous enlève et nous remet sur ses oreilles. On dirait qu’elle a toujours quelque chose à nous reprocher. Elle nous néglige. Son humeur s’assombrit, elle parle plus fort, monte le son de sa TV à des niveaux pas possible. Et puis un jour, ma chère sœur Jumelle n’est plus à sa place. Horreur, l’oreille gauche de Jeanne n’a plus d’aide, ça veut dire qu’elle n’entend plus bien de ce côté-là.

Je suis seule au poste et forcément ça va moins bien marcher. Les jours passent, j’ai mon micro et mon ampli noués par l’angoisse. Où est ma sœur jumelle ? Comment Jeanne va-t-elle s’en sortir si elle n’entend plus ? Si seulement je pouvais communiquer avec notre bon maître audioprothésiste, lui saurait quoi faire. Il saurait nous régler à nouveau et convaincre Jeanne de renouer avec sa bonne entente et sa bonne humeur.

Le jour le plus noir de ma vie, je suis jeté sans ménagement au fond d’un tiroir sombre où je retrouve… ma sœur. Joie de nos retrouvailles de courte durée. Nous, le nec plus ultra technologique, nous qui faisons des miracles, redonnons une vie heureuse et ouverte aux malentendants, nous voici rejetées, abandonnées sans espoir de retrouver notre raison d’être, notre utilité. Et il paraît que nous sommes des milliers et des milliers dans le même cas, à végéter dans un tiroir… C’est surtout à Jeanne que nous pensons. Que va-t-elle devenir sans nous, la malheureuse ?

C’est parce que nous voulons une vie heureuse pour Jeanne et ses audioprothèses que nous avons créé AudioPro Connect. Ainsi, grâce à notre plateforme de réglage à distance d’audioprothèses, Jeanne et son audioprothésiste ne seront plus jamais séparés, le lien humain et technique sera maintenu.