Le Repérage, le Dépistage et les Campagnes de sensibilisation permettent d’identifier les premiers signes de la surdité tout au long de la vie.

L’objectif de santé publique est la prise en charge précoce du handicap auditif grâce à des tests simples pouvant être réalisés en maternité, en milieu scolaire, sur le lieu de travail, dans les résidences seniors, les EHPAD ou dans des centres médicalisés.

La coordination de la prise en charge est multidisciplinaire entre le médecin traitant, le pédiatre, le gériatre et le spécialiste ORL, qui identifie, confirme et évalue l’importance du déficit auditif et propose un traitement de réhabilitation par aide auditive externe, réalisé par l’audioprothésiste ou par technique chirurgicale d’implant cochléaire.

L’orthophoniste et le psychologue complètent le plus souvent la prise en charge coopérative en relation étroite avec l’entourage familial et médico-social du malentendant.

Repérage / Dépistage

  • Chez les enfants, le repérage se pratique par l’observation des troubles de l’attention, du langage, ou du comportement. Les enseignants jouent donc le rôle important d’alertant.
  • Chez les personnes âgées, le repérage se pratique par l’observation d’une accélération du déclin cognitif conduisant à l’isolement social, remarqué par l’entourage familial ou le personnel soignant en établissement.

Le dépistage concerne des populations ciblées en milieu professionnel par les services de médecine du travail ou dans une démarche préventive à enjeu de santé publique, lors d’événements annuels de sensibilisation. Ces journées sont organisées au niveau loco-régional ou national comme la Journée Nationale de l’Audition, l’Audition Tour de la Fondation Agir Pour l’Audition, la semaine du son, ou la journée mondiale de l’audition (International Ear Care Day organisée par l’OMS).

Pour autant, il n’existe pas encore de campagne de dépistage systématique généralisée, qui permettrait d’éviter une prise en charge tardive du handicap auditif et donc les conséquences néfastes de celui-ci sur la santé des patients.

Les mesures et moyens du dépistage :

Il existe plusieurs outils de dépistage des troubles de l’audition :

  • Des questionnaires simples : Avez-vous des acouphènes, êtes vous gênés dans le bruit ou dans une conversation en groupe, êtes-vous exposés à des traumatismes sonores etc.
  • Des tests cliniques de dépistage (voix chuchotée, tic-tac de la montre ), qui sont complétés par des test audiométriques portables ou des tests en ligne par téléphone ou sur internet (hein test).

 

Chez le nouveau né et l’enfant, le dépistage peut se pratiquer par différents tests comme le Test de Simulation Sonore (Babymètres, jouets sonores de Moatti étalonnés, audiomètres de dépistage), les Oto Emissons Acoustiques Provoquées ou les Potentiels évoqués du Tronc Cérébral. Le dépistage systématique selon les recommandations de la HAS depuis 2007 a fait l’objet d’un décret de 2010 annulé en 2011 dans le PLFSS par le conseil constitutionnel. Dans les PMI les visites sont obligatoires et ciblées chez les enfants repérés. Dans les cabinets médicaux le dépistage des nourrissons en particulier entre 9 à 24 mois est un examen de santé obligatoire.

Chez le jeune enfant et l’adolescent dans son cursus scolaire et universitaire, l’audiométrie de dépistage systématique doit être ciblé chez les jeunes à risque notamment lors d’expositions traumatiques sonores à la musique amplifiée.

Chez l’adulte, c’est la médecine du travail qui assure ce dépistage à titre préventif, en particulier dans le suivi des surdités professionnelles liées à un environnement traumatique sonore, pouvant faire l’objet d’une déclaration au titre du handicap et l’orienter pour une prise en charge éligible à  la Maison Départementale des Personnes Handicapées.

Chez la personne âgée, les CPAM, les caisses de retraite et les instituts de gérontologie proposent un dépistage annuel.

 

Les publications d’équipes américaines et françaises sur la corrélation entre déclin cognitif et la presbyacousie ont conclu qu’une perte auditive de 25 dB équivaut à une réduction de performance cognitive de 7 ans. Il faut donc favoriser un dépistage systématique, qui permettrait une prise en charge précoce de leur surdité et ainsi de retarder le passage à la dépendance, véritable enjeu de santé publique.